Hamlet

HAMLET

Etre, pas être, être, pas être, être

Je me disais : vivre ou bien crever ?

Hein maman, qu’est-ce que je fais ? Vaut-il mieux supporter de le voir baiser. Ma mère sur le cadavre encore chaud de mon père

ou alors

Me déchirer la peau, me lacérer les veines, voir mon sang couler, mes organes éclater, dégueuler mon vide intérieur, gerber ma schizophrénie, m’autodiséquer

Creuser ma tombe et m’y coucher ou alors la partager avec toi papa

Empli du vide abyssal de mon inconsistance

Comment anesthésier

Cette douleur oppressante qui m’empêche de respirer. J’imagine mes organes en train de se disloquer

On m’a ôté mes entrailles. Et depuis sans savoir qui je suis. J’erre. Qu’on me libère de ce tas de chair

Fuck fuck fuck. Pas de pilules pour m’apaiser juste la mort

Mais la mort n’est-elle pas pareille. A ce sommeil dans lequel. J’oublie que the other mother fucker is fucking my fucking mother. O doux sommeil. Dans tes bras anesthésie-moi. Pour toujours je veux me donner à toi. Je veux être bercé comme le bébé que j’étais. Alors son préféré. Oui ma maman m’aimait

 

Hamlet !

Ta gueule papa ! Tu pourrais pas y rester dans ta tombe merde !!!

Qu’on l’empêche d’en sortir, qu’on le crame tiens Horatio voici des allumettes

Tout ça c’est à cause de toi papa et toi aussi Horatio putain. Pourquoi t’es pas resté à Wittenberg, Non je t’aime pas tant que ça tu sais. Et si tu m’avais pas raconté hein. La tragédie aurait pas eu lieu. Je m’serais juste bouché un peu plus fort les oreilles. Fermé un peu plus grand les yeux

Sombrer dans ce sommeil glacé. Oui m’y consumer tout entier

 

Hamlet !

La mort m’appelle. J’y vais !

But wait ! Quelles berceuses me seront chantées une fois à moitié putréfié. De quels rêves serai-je alors hanté ma chair par les asticots dévorée

 

Hamlet!

Shut the fuck up!!!

Ahhhhahaahhh (rires hystériques). Non pas ça j’agonise déjà de mes rêves à moi

Que des rêves pires encore puissent venir me supplicier. Voilà qui me fait renoncer

Tant pis

J’ai encore sur ma souffrance de quoi soliloquer. Avec lui avec l’autre avec moi et aussi avec moi-même. Dans les bons jours quand on se retrouve enfin réunis. Ça fait du bien ça soulage de se sentir entier et accompli. Mais dernièrement c’est devenu de plus en plus dur moi et moi-même on est éparpillés et oui. J’avoue que j’ai jamais vraiment considéré l’option du suicide c’était pour voir comment vous réagiriez. Cela dit ça fait du bien d’en parler parce que je me souviens quand j’étais bébé. Ma maman m’allaitait et j’aimais bien ça il parait

Hein papa toi aussi avoue que t’aimais bien ça. Pourquoi t’allais voir des putes tu crois qu’on savait pas ?. Que tu brûles en enfer franchement ça m’étonne pas. Attend Horatio fous pas le feu tout de suite dis-lui de revenir j’ai encore des questions à lui poser. Non je veux pas savoir oui je vais te venger. J’ai juré mais j’espère que tu mens. Jamais je serais comme toi tu entends papa. Je suis pas un guerrier juste un pauvre être paralysé. Je suis jaloux parce que maintenant elle l’aime plus que moi c’est vrai. Sur la photo de famille ils ont effacé ton visage tu sais

Hamlet ! Ta gueule ta gueule ta gueule ! !!!!. Maman, encore un câlin !

Voici venir la belle Ophélia

Lorsqu’on découvrit son cadavre elle était encore chaude. Elle se donna à la mort aussi avidement qu’elle se donna à moi.

Belle nymphe aux nénuphars ! Ça sonne bien. Entre les joncs. Putréfié. Bientôt on retrouvera ton cadavre

Laisse-moi recueillir une dernière fois ta sève avant de m’en aller. Et dans tes prières n’oublie pas

Hamlet était plus lui-même

O mighty God

S’il vous plait il faut lui pardonner

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close